Nightmare Alley, ou Le cauchemar d’être un Narcissique?

SPOILER ALERT

Dans ce court article, j'analyse comment le film de Guillermo del Toro révèle intelligemment le fonctionnement triste de la psyché d'un narcissique.

Bradley Cooper incarne magnifiquement le personnage de Stan Carlisle. Un homme dont le spectateur est amené à tomber amoureux puis à mépriser.

En apparence joyeux et bienveillant

Le film débute avec un homme très charmant, qui semble être troublé par un passé mystérieux. Il fait preuve de gentillesse envers plusieurs personnes. Il sait se défendre. Il fait preuve d’un fort charisme et attire facilement l’attention.

Il a tout ce qu’il faut pour être tout ce qu’il voudrait être. 

  • Il est intelligent. Il semble comprendre comment fonctionne la mécanique. Il s’avère capable de réparer un moteur de voiture… et plus tard, nous découvrons qu’il est habile aussi pour… comprendre manier les rouages internes des gens.
  • C’est un artiste. Il traduit ses sujets d’intérêt en dessins méticuleusement réalisés « qui l’aident à réfléchir ».
  • Il maîtrise la prise de parole d’un public qu’il sait magnétiser et captiver. D’abord en second plan, puis depuis le devant de la scène.

Et bien sûr,  n’est pas mal non plus du point de vue de son apparence physique, il attire toutes les bonnes opportunités pour s’élever vers ses objectifs. Et poutant…

Romance - Y a-t-il vraiment de l'amour?

Il attire l'attention des femmes.

3 en particulier.

Mais y a-t-il de l'amour ?

Le premier personnage féminin, est une « médium » dont le compagnon est un « magicien » nommé Pete. Elle engage une relation sexuelle avec Stan (Bradley Cooper), ce qui lui permet de se rapprocher du mari, lequel il s’aperçoit rapidement qu’il peut en apprendre/voler ses tours.

Elle croira à la façade.

En parallèle, il y a Molly (jouée par Rooney Mara), qu’il a suivie dès qu’il la vit à son arrivée. Il joue le parfait gentleman. Il l’observe de loin, apprend ce qu’elle aime, etc. Il ne se montre pas insistant. Il est patient afin que ce soit elle qui vienne à lui et « veuille » être avec lui.

Mais, nous le savons déjà, sa patience est compensée par les rapports sexuels -probablement réguliers- que Zeena lui procure. Il s’avère de plus en clairement utiliser les gens.

Il était également occupé à prendre tout ce qu’il pouvait du vieux Pete et de toutes les situations et de tous ceux qui croisaient son chemin. Et lorsqu’il découvre que Molly ne doit pas être approchée – averti par ses protecteurs, cela la rend probablement encore plus attrayante et précieuse à ses yeux… Un défi, un trophé, une possession.

Quand elle finit par succomber au rêve qu’il lui a vendu, c’est alors qu’il commence à se détourner et chercher autre chose…

Le troisième personnage féminin est un docteur en psychologie – probablement une psychanalyste, jouée par Cate Blanchett. Elle a vu clair en lui et parce qu’elle a cherché à faire tomber son masque en public, il l’a humiliée. Ainsi a débuté une sorte de fascination mutuelle. Mais la relation était guidée par un besoin mutuel de pouvoir sur l’autre. Cela ne pouvait que se terminer dans un bain de sang – pour ainsi dire.

L’amour ne peut exister là où réside la peur.

Eux aussi ont une relation sexuelle, mais elle prétend seulement être vulnérable. Juste assez pour expérimenter sur lui. Le faire s’ouvrir sur ses blessures afin de le détruire de toutes les manières possibles : lui faire perdre ses valeurs, sa fierté, son « amour » (Molly), jusqu’à son intérêt principal – l’argent. Il repartira sans rien, pour devenir ce qu’il a toujours craint : n’être rien, ni personne, seul.

Une âme sombre et craintive

Conformément à la nouvelle tendance dans les productions artistiques ainsi que dans la vie des gens en général ces derniers temps, le réalisateur ne tombe pas dans la vieille approche binaire et simpliste qui enfermerait les personnages dans les cases de bons ou méchants. Guillermo del Toro présente à la place un personnage plus complexe. Un personnage triste et profondément blessé qui a choisi la « voie facile » de la douleur connue, plutôt que de se risquer à aimer et à faire confiance. Stan, qui aurait pu tout avoir – et qui a eu accès pendant un temps – choisit de tout perdre à cause de ce manque d’amour enraciné au plus profond de lui. Ce vide à l’intérieur qui l’a amené à gâcher l’amour qu’on lui donnait en trompant, en volant et en blessant tout et tout le monde autour de lui plutôt que d’oser être vulnérable et authentique.

Le résultat étant qu’il a finalement créé ses peurs les plus profondes et est devenu exactement ce qu’il a fui. Simplement parce qu’il a cru qu’il était…

né pour être une bête de foire pathétique!

Un espoir ?

Pour le personnage principal ?

Je ne pense pas. Sa manque de confiance est si fort qu’il s’est convaincu qu’il n’était pas bon et que ses rêves n’étaient que cela. La façon dont les gens interagissent avec lui, sont le reflet exact de ses pensées intérieures. Ce qu’il a nourrit a grandi.

Pour un autre personnage ?

Molly choisit de le quitter quand elle a vu qui il choisissait d’être et qu’il ne tiendrait jamais sa promesse. Elle se révèle être un personnage fort. Elle est probablement également la plus équilibrée et a probablement tiré une leçon de l’expérience pour le reste de sa vie.

La femme médecin, bien qu’elle réussisse à prendre le dessus sur lui, semble avoir une vie superficielle et triste. Sans amour. Elle porte ses propres blessures.

Une vision globale

Le fait qu’un tel film soit réalisé, montre que la tendance narcissique de nos sociétés occidentales est en train d’évoluer. C’est désormais à  la vue de tous.

 

 

Une fois dévoilé et mis en lumière, un sujet sort de l’inconscient. Et comme tout dans la vie, ce qui devient conscient finit par se transformer !

Vous aussi vous avez souffert d'un Narcissique?

Découvrez comment vous pouvez mettre un terme à votre souffrance dès aujourd'hui, grâce au programme Reckon-Essence®, conçu spécialement pour vous aider à devenir qui vous êtes VRAIMENT.

Leave a Reply

Your email address will not be published.